L’INTRUSE

Vous avez déjà eu ces moments où vous ressentez la blessure de l’autre et que lui vous mets dans une situation qui vous blesse profondément, mais où lui ne le capte pas ? ou s’en fou complétement.

Où éternellement, vous ne serez qu’une intruse.

 

Moi ?

Pleins de fois.

Exemple :

Réunion de famille. Fils, « belle fille », enfants.

Le neveu a une nouvelle amie, qui commence à dater d’ailleurs, mais que vous ne voyez pas souvent, c’est l’heure de l’apèro, vous êtes sobre en plus, vous buvez rarement.

Ce qui fait que tous vos sens sont au top niveau de décodage. Vous osez pas trop engager la conversation, en même temps vous vous en fichez royale, parce que le silence ne vous gêne absolument pas.

Vous êtes là à flâner devant la bibliothèque, la maîtresse de maison a disparu, le neveu papouille son fils, votre fils est votre bru sont en retard. Vous vous retrouvez seule avec la môme au neveu.  Qui fait ? je ne sais quoi.

 Vous ne le savez plus, vous avez attrapé un livre et commencez à lire quelques pages, rares moment de délectation où personne, ne vient vous casser les pieds !!!

Et là une petite voix vous dit à l’oreille.

Vous aimez lire ?

C’est elle, la nouvelle amie, dans votre tête se passe une seconde où vous vous dîtes :

« Merde, elle veut parler lecture. »

Vous êtes embarrassée parce que en générale vous vous souvenez que très rarement du noms des auteurs, des titres, vous pouvez par contre parler de l’histoire, vous en avez retenu tous les détails, les romans, livres, articles, poésies, vous ont habité parfois si puissamment que vous pouvez là lui faire un sketch de bien deux heures  où tout y sera. Mais ce serait long.

Mais comme ça spontanément faire salon comme on dit ça rentre pas trop dans vos cordes.

Et dans votre tête vous vous dites :

« Je sens que ça va être long…si on parle lecture »

alors vous êtes là à peser « l’animal » à vous poser un tas de questions sur elle.

Elle, elle vous parle d’un roman qu’elle voudrait lire, qu’elle a pas acheté, qui est à la mode parait-il ?

Elle dit mais si… « on en parle partout, ça s’appelle…flksflfdlkldf. »

Et là !!!! Vous êtes en train de vous dire « c’est où partout ? » vous avez loupé le titre.

merde !

« Comment tu l’appelles ? »

Et elle reprend « on va en faire un film, mais si ils en ont parlé kdlfldlflfjlglkglg . »

Qui ont ??

Elle est jolie, cette petite,

Et puis elle se rapproche.

Ah là tu es un peu entrée dans mon espace vitale !!!

Vous avez remarqué les gens pour vous convaincre, quand ils ont un truc dans la tête, ils se rapprochent de vous, l’air de rien et puis tout à coup, vous sentez leur haleine sur votre joue.

Euh là t’es un peu trop près.

Mais vous le dites pas. Ben non !!!

dis donc ma belle, « On a élevé les cochons ensemble !!!??…. »

Humm…Non vous laissez faire, parce qu’au fond ça n’a pas grande importance.

Vous allez pas pousser la personne, même quand ça vous démange.

Reculer ?

Je ne sais pas reculer.

Bon ok, pendant que t’y es, ont se paluchent aussi ??!!!

cette idée vous fait sourire.

Oui parce à la dernière réunion de famille. Où il était question des homosexuelles et où la conversation commençait sérieusement à vous péter les couettes. Et que vous avez senti, que des esprits étroits habitaient l’instant. Vous avez attendu le moment de silence opportun pour dire que vous étiez bi.

Vous savez ces moments de silences où celui qui est en train de dire une énormité attend que vous hochiez du chef, comme les chiens sur les plages arrière des voitures, qui disent toujours oui.

Et là vous en habit de chevalier blanc, sourire aux lèvres.

«  Ah mais moi j’ai rien du tout contre le mariage homo, en plus je suis bi ».

Putain de silence !!!

Toutes les paires d’yeux vous fixent. Vous vous armez de votre plus beau sourire.

Et revenez tranquillement à vos saucisses.

Sujet réglé. On ne parlera plus jamais de façon in sinueuses des homosexuelles quand je serais à cette table.

Ça me fait rire. A l’intérieur.

Personne n’a Ouffé personne n’ose me dire « C’est vrai ? »

Je sens confusément que j’étais déjà le vilain petit canard qui dérangeait la léchouille de leur cuillère à soupe, mais que là ! j’ai dépassé les bornes des limites !!! mais je sais aussi que personnes n’osera me jeter des pierres.

« ça ne se fait pas. Nous sommes des gens civilisés n’Est-ce pas. Eduqués, Ont s’aient se tenir, quand même. Nous sommes des gens normaux, Nous !!! »

Enfin la petite du coup avec son histoire de bouquin, on en est du coup à être dans une conversation très sérieuse sur ce livre.

Effectivement j’en ai aussi entendu parlé. Oui il doit être passionnant. Ils vont en faire un film.

Passionnée par ce qu’elle me raconte elle me touche, prend ma main, me bouscule un peu, comme une tape amicale, regard amicale.

Elle est vraiment jolie. Fraîche. Je l’écoute, attentive.

Je me dis que mon neveu à bon goût. Que ça doit être facile d’être amoureux d’elle.

Enfin des tas de trucs me passent dans la tête.

Et un tas de livres, d’auteurs me reviennent en mémoire, cette foutue mémoire, elle fait vraiment ce qu’elle veut. La garce !!!

J’allais lui dire « Et tu as lu …. ?? »

Et là sa belle-mère arrive. Entre brutalement dans la conversation le doigt pointé sur la petite, l’œil sévère ! et lui dit tout de go !!

« Mais pourquoi t’es pas comme ça avec moi !!! et hier fdklsffllllllllllllllllllgglfglglgglggjgljggj, fjmdjmfdjffjjf »

Immédiatement je suis en mode défense. J’entends plus rien. Mais qu’Est-ce qu’il se passe ????

La petite ouvre de grands yeux étonnés. Elle ne trouve rien à dire, je vois bien qu’elle cherche.

Alors j’interviens.

Tu veux bien t’expliquer !!! Nous ne comprenons absolument rien à ce que tu dis !!!

Et elle reprend, le doigt toujours pointé sur la petite

 « Pourquoi tu n’es pas avec moi !!! comme tu es avec FlO !!! »

Elle le dit avec force. Tenace, elle a décidé que c’était maintenant ou jamais !!! !!???

La petite en pipe toujours pas une.

Elle me prend à témoin « non parce que toi t’as pas entendu comment elle me parle à moi !!! ».

Ben non, je n’ai pas entendu et puis ……….Quesque je viens foutre dans votre histoire ????

Mais je le dis pas, pas tout de suite.

La colère monte, cette colère qui est sourde à tout et qui me fait faire des trucs incontrôlables.

Je sers les dents, j’attends qu’elle s’éloigne, la colère…Je regarde la petite.

Une biche effarouchée qui a rencontré un chasseur qui pointe son fusil sur elle, là ! entre les deux yeux, mais qui hésite à tirer.

Ça me fait penser à ça.

Euh c’est quoi ce délire ??? je me dis.

Alors je prends les choses en main, et je dis

 « Tu es sa belle-mère, elle ne peut pas. »

 Et là je me tire, parce que moi les trios qui tournent boudins ça me chiffonne un peu, beaucoup.

Je suis allée m’asseoir. J’ai dit n’importe quoi pour sortir de là. Je suis furieuse.

Je reste pour déjeuner, la petite m’a rejoint, elle m’a envoyé un regard qui dit :

« Je comprends pas, désolée. »

Mais moi, je suis en mode, fantôme, je veux pas en reparler. Je veux pas me retrouver comme une intrus encore une fois ! qui prend s’en le calculer, la part de tarte de la voisine et qui l’a même pas bouffer.

Et qui en a même pas eut l’intention !!!

Je suis là abasourdie.

Mon fils est arrivé, j’avais envie de le voir, ça me faisait 24 H que l’on ne s’était pas vue, et j’avais juste envie de le voir. Je sais c’est con. Mais il va s’installer comme un grand avec sa petite et il me quitte, c’est l’heure.

Et ça m’assomme un peu. Alors même que le voir ça me fait du bien.  Je reste pour ça, je reste juste pour le sentir là encore un peu. Malgré mon envie de m’enfuir de là.

Le déjeuner file à toute vitesse, des tas de sensations désagréables parcourent ma colonne vertébrale, je commence à en avoir ras le bol d’être assise là.

Je prétexte que mon dernier qui vient de m’appeler à besoin de moi et je m’en vais.

 Tout le reste n’a plus d’importance, partir, m’enfuir. Ne plus être l’intrus. Celle qui dérange, mais que l’on invite parce qu’elle est seule.

Une Intruse. Je me suis demandée à chaque réunion de famille.

Mais qu’Est-ce que je fou là ???

Mais je venais simplement parce que je pensais que ça faisait plaisir et puis pour aider, comme je le pouvais.

Prendre n’est pas un mot coutumier pour moi.

Prendre la vie comme elle vient, prendre l’instant avec l’autre parce qu’il est là et qu’il demande mon attention. Et peu importe ses raisons. Il me le demande, alors je lui donne mon temps.

L’inconnu, l’intrus, le passant, la fille qui a l’air d’une biche effarouchée, la sœur, les fils, les amis (es).

Je donne et je ne prends absolument rien. Parce que demain je ne serais plus là.

Alors qu’Est-ce que ça me coûte ??? Rien absolument rien.

Que mon temps, mais j’en fais ce que je veux de mon temps.

Je n’appartiens à personne et personne ne m’appartient.

Je n’exige pas de l’autre qu’il soit à l’image de ce que j’aimerai qu’il soit.

Il est ce qu’il est.

Et même si il ou elle me heurte, même si il ou elle me choque, même si je ne sais quoi d’autre.

Si il me demande mon temps, je lui donne.

Mais je ne prends rien à personne.

J’apprends, je goûte l’instant, le moment, la confidence, la complicité qui s’installe spontanément et qui s’en va.

Et c’est bien comme ça.

C’est magique ces moment-là pour moi.

Je n’ai jamais dit à personne.

« Pourquoi tu n’es pas avec moi comme tu es avec l’autre ? »

Moi je lui dirais plutôt.

Soit ! Toi, ça m’ira très bien.

Et si vraiment l’autre rentre pas dans mes cases et bien je le calcule pas, c’est simple.

Sauf si il me marche sur les pieds. Là ça risque de péter un tout petit peu.

On choisit pas sa famille, on est obligé à rien. Je ne me sens obligée à rien.

Aucuns devoirs. Que des leçons. Leçons de vie.

Je me suis sentie une INTRUSE souvent au milieu des miens.

Le truc qui dérange, parce qu’il fait pas oui comme les chiens sur les plages arrière des voitures.

Pour faire plaisir à tout le monde.

J’en ai pris conscience ce jour-là. Vraiment, conscience.

Que ce malaise au fond de moi, c’était ça.

Et alors ?

J’apprendrais à vivre avec. Et je ne serais jamais le chien sur la plage arrière.

Merde !!

Chacun est fait comme il est
Chacun prend feu comme il peut
Mais sous le ciel immense
Tous les rochers du silence
Tous les oiseaux en partance
Se retrouvent parfois
Chacun est fait comme il est
Chacun prend feu comme il peut
Chacun va son chemin
Jusqu’à l’endroit du destin
Où se retrouvent les mains
Qui se quittent déjà.

 

 

Publicités

10 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Valérie
    Août 14, 2014 @ 11:56:35

    Bon… Tu étais en verve à ce que je vois.
    Ce genre de situation, non, je n’ai jamais vécu mais bien sûr, il arrive que des personnes que je ne connais pas viennent m’adresser la parole. Ou elles me semblent sympathiques et je réponds, ou elles ne me plaisent pas et là, en fonction du lieu, je détourne le regard ou je me barre ou je leur dis carrément qu’elles ne m’intéressent pas.
    Faut dire que je n’ai pas encore de belle-fille 😉
    Une belle-soeur mais comme elle ne parle pas français et qu’en plus elle est timide (elle présente le JT en Arménie, c’est un comble pour une timide), les échanges sont rares. Et un beau-frère que je vois un peu plus souvent mais il n’est pas très loquace lui non plus.
    Plus de belle-mère, question réglée.
    Les cases ? C’est quoi ? Ah oui, ce que les autres pensent être bien ? Bof… De toute façon, on est toujours jugé.
    Non, moi, je suis moi. Je dérange et on recherche ma compagnie. Bienvenue aux uns, au large les autres.
    🙂
    Sur ce, au boulot !

    Réponse

  2. myoposatis
    Août 14, 2014 @ 12:44:32

    Je l’avais sur l’estomac comme on dit, j’avais besoin de le poser. Maintenant que c’est fait ça va beaucoup mieux.
    Bisous Valounette.

    Réponse

  3. voay1
    Août 14, 2014 @ 20:55:32

    Ah que j’ai aimé ce billet, je l’ai lu, relu, dégusté, je me suis retrouvée dans plein de tes réflexions. Je me le garde, ce billet, et j’y reviendrai, comme à une gourmandise… merci. Bises du soir

    Réponse

  4. myoposatis
    Août 14, 2014 @ 23:23:16

    🙂 Merci de ton mot Voy1, il m’a fait sourire, ça me fait me sentir moins seule, du coup. Reviens quand tu veux. A bientôt…Bises..

    Réponse

  5. clara65
    Août 15, 2014 @ 04:38:44

    Bonjour,
    Tu ne publies pas souvent, mais quand tu le fais, ça vaut le coup !
    Il me semble qu’on a de plus en plus de mal, dans cette société, à exprimer ses opinions. Il faut toujours rentrer dans le moule bien pensant et opiner du chef comme le petit chien dont tu parles. Eh bien, pour ce qui me concerne, tant pis si cela ne plaît pas, mais je dis ce que je pense.
    J’ai la chance d’avoir de bonnes relations avec ma belle-fille et de bien discuter avec elle, par contre.
    Pour ta question sur le chat, non, je n’en ai pas car je suis vraiment trop près de la rue et il ne ferait pas long feu, le pauvre.
    Passe un bon week-end et bien amicalement.

    Réponse

  6. myoposatis
    Août 15, 2014 @ 05:02:10

    🙂
    Merci Clara pour ta réponse.
    Ah je peux être silencieuse très longtemps, vrai. Même disparaitre très longtemps. Ce qui ne veut absolument pas dire que je ne suis pas là; Je fais l’œuf. Parfois par contrainte, parfois par besoin.
    Très bon weekend Clara à toi aussi.

    Réponse

  7. canelrg
    Août 15, 2014 @ 12:53:19

    Histoires familiale jamais facile à régler digérer…La famille on la subis les amis ont les choisis ce proverbe veut dire beaucoup. On ne doit rien à personne si ce n’est la politesse. Et a mon avis la famille en doit pas dire ou faire certaine chose et on ne doit pas les accepter si elle sont dites ou faite…mais cela n’engage que moi. Sacré coup de gueule en tous cas

    Réponse

  8. myoposatis
    Août 15, 2014 @ 16:50:10

    Oui Canel le proverbe est de propos c’est vrai !

    Réponse

  9. Florence
    Août 19, 2014 @ 13:42:14

    Florence – Testé pour vous
    Bonjour…J’ai lu au son de Pierre Bachelet « Flo »…et je comprends ce que tu ressens…et oui, je vais la poser la question « tu es vraiment Bi ? »..non, je déconne…mais j’ai rigolé car tu écris « j’annonce que je suis bi, comme ça, vlan et je retourne tranquillement à mes saucisses »…c’est le choix du plat qui m’a fait rire….association d’idées non ? en tous les cas, j’ai adoré ton texte, il sort du coeur…et peut-être que tu te sens intruse mais peut-être que ce sont eux les intrus, les ceux qui jouent un rôle…je ne sais pas.
    Je te souhaite une bonne journée…et non, ne sois jamais le chien qu’on met sur la plage arrière…le pauvre, personne ne vérifie jamais s’il a mis sa ceinture…à très bientôt

    Réponse

  10. myoposatis
    Août 19, 2014 @ 16:54:06

    Rires !!! Les Florence décidément sont pleines d’humours. Non c’était barbecue. L’occasion mettre tous le monde sur le gril.
    Mais c’est bien le genre d’association d’idées que je pourrais faire sans en avoir conscience. Suis je bi ? je fais un billet sur le sujet, je vais réfléchir.
    Tu m’as fais beaucoup rire. A bientôt…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Mes archives

%d blogueurs aiment cette page :